21 Janvier : Mort du Roi et de la France traditionnelle

Posté par Nicolas Chotard à jeudi, janvier 24, 2019 | 0 Commentaire


Spectacle “Chouans” d’Alan Simon
2019 : sortie du CD (en mai) et tournée (en octobre)

Au matin du 21 janvier 1793, sur l’ancienne place Louis XV, du nom de son grand-père, celui qui en tant que Roi avait ratifié la Déclaration des Droits de l’Homme a rendez-vous avec son Créateur. Albert Camus dans “l’Homme révolté” écrira “Le 21 janvier avec le meurtre du roi-prêtre s’achève ce qu’on a appelé significativement la Passion de Louis XVI. Certes, c’est d’un répugnant scandale d’avoir présenté comme un grand moment de notre histoire l’assassinat public d’un homme faible et bon. Cet échafaud ne marque pas un sommet, il s’en faut. Il reste au moins que, par ses attendus et ses conséquences, le jugement du roi est à la charnière de notre histoire contemporaine. Il symbolise la désacralisation du Dieu chrétien. Dieu se mêlait jusqu’ici à l’Histoire par les rois. Mais on tue son représentant historique, il n’y a plus de roi. Il n’y a donc plus qu’une apparence de Dieu reléguée dans le ciel des principes.” En faisant tomber la tête du roi, gardien de l’ordre social chrétien, on fait aussi tomber la société traditionnelle ! C’était la fin de l’ancienne France et l’avènement d’une ère nouvelle, mère de tous les totalitarismes contemporains et des idéologies “progressistes”.

Pour “commémorer” la mort du “tyran”, le 21 janvier 1794 à Laval, la justice républicaine fait guillotiner 14 “fanatiques”, des prêtres qui ont choisi le chemin du martyr à celui de la souillure d’un parjure. L’Eglise les béatifiera. L’arrêté du 22 décembre 1793 les condamnant à mort, illustre ce nouveau monde inspiré des philosophes du XVIIIème siècle. Suivant l’esprit du Contat Social de Jean-Jacques Rousseau, l’Etat tire sa légitimité de la loi, expression de la volonté générale. En l’espèce la Commission judiciaire Volcler se comporte comme Créon, le tyran qui appliquait sans états d’âme la rigueur de la loi : “Par lequel il est prouvé que, requis par la loi de prêter le serment exigé des fonctionnaires publics prêtres, par l’Assemblée constituante, et celui de liberté et égalité exigé pour tous les républicains français, par la Convention nationale, et que, requis encore une fois de prêter devant le tribunal, s’ils s’y sont constamment refusés. Sur ce, considérant que ces individus, par le refus opiniâtre de se conformer aux lois de la République, de les reconnaître et de les observer, sont coupables de conspiration secrète contre la République française, conspiration d’autant plus dangereuse que, présentée sous les couleurs séduisantes de l’hypocrisie et du fanatisme, elle pourrait induire en erreur un peuple crédule, toujours facile à séduire dans ses opinions religieuses, enfin, que les principes que ces hommes professaient ouvertement étaient les mêmes qui avaient allumé dans l’intérieur de la République la guerre désastreuse de la Vendée….

Ce même jour, les Colonnes infernales pénètrent dans la Vendée disparue administrativement devenue le département “Vengé” sur proposition du député aristocrate Antoine Merlin de Thionville. Les “Forces de l’ordre” ne font qu’exécuter les ordres reçus : “Je vous donne l’ordre de brûler  tout ce qui peut brûler, de passer à la baïonnettes tous les habitants que vous rencontrerez. Je sais qu’il peut y avoir des patriotes, tant pis : il faut tout sacrifier” ainsi est la mission de la colonne de Grignon.

Par une loi du 21 nivôse an III (10 janvier 1795), le 21 janvier devient une “fête révolutionnaire” intitulée fête du “2 pluviôse (21 janvier) ou fête du serment de haine à la Royauté et à l’Anarchie”. On y prête alors le serment suivant : “Je jure haine à la Royauté et à l’Anarchie, je jure attachement et fidélité à la République et à la Constitution de l’an III“. L’instituteur breton Hémery compose même une chanson :

 “Français, c’est aujourd’hui le jour anniversaire

de la mort de Capet, le tyran, le faussaire.

Réjouissons-nous tous, il n’est plus de Tarquin ;

nous devenons républicains (bis).

 

La voyez-vous là-bas l’hideuse politique ?

menacer le berceau de votre République ;

plus près, le fanatisme éguiser ses poignards

et agiter ses étendards (bis)

 

Ces monstres infernaux ont des agents perfides

qui, du sang fraternel, sont des Caïns avides ;

défiez-vous, français, ces coquins sont nombreux ;

lisez les noms les plus fameux (bis) :

Dumouriez, La Fayette et Pichegru, ô traitre,

Talmont, Stofflet, Charette, abominables êtres !

 

Périssent tous les traitres et les rois conjurés,

c’est fait d’eux, vous l’avez juré (bis)

Je vous laisse, courez, volez à la victoire

en chantant ce refrain si digne de mémoire :

“Aux armes, citoyens ! formons nos bataillons,

Marchons, qu’un sang impur abreuve nos sillons !”

 

Etre suprême, viens, souris à notre fête,

fais briller ton soleil par-dessus nos têtes,

nous te faisons des voeux pour que tous nos guerriers

reviennent, couverts de lauriers (bis),

l’an prochain, célébrer, au temple décadaire,

de la mort de Capet le jour anniversaire

et chanter avec nous, il n’est plus de Tarquin,

le dernier en mourant nous fit républicain.

      La Restauration fera du 21 janvier une fête expiatoire mais Louis-Philippe d’Orléans, fils de Philippe-Egalité, régicide, “gardien de l’héritage révolutionnaire” l’abolira. Cruel destin, le Comte de Paris, son descendant, vient de rejoindre en ce jour expiatoire la Maison du Père pour paraître devant le Christ-Roi, son Sauveur.

Nicolas Chotard,

Président des Lys de France

Trésorier de la Chouannerie du Maine.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *