L'art de vivre à la Française

Durant ses 70 ans de règne, sa vie, nos vies ont été rythmées par le « God save the Queen », la version anglaise du poème « Grand Dieu sauve le Roi » composé par la duchesse de Brinon et mis en musique par Jean-Baptiste Lully pour fêter la guérison de Louis XIV. Dieu ne protégera plus la Reine mais l’accueille dans son royaume céleste entouré des saints et des anges en ce jour où l’Eglise fête la Nativité de la Sainte Vierge.

La Reine, chef de l’Eglise Anglicane, plus exactement « gouverneur suprême de l’Église d’Angleterre » était profondément chrétienne, assistant chaque semaine à la messe et ponctuant ses discours et allocutions de citations extraites des Evangiles. Si la reine n’exprimait jamais ses contrariétés personnelles suivant sa fameuse devise « Never complain, never explain« , elle n’hésitait jamais publiquement à évoquer sa foi, sa force : « Les enseignements du Christ m’ont servi de lumière intérieure, tout comme le sens que nous pouvons trouver en nous réunissant pour adorer. » « Pour comprendre son rapport à la foi, il faut distinguer la reine Elizabeth II, souveraine et formelle, et Elizabeth Windsor, dont la foi personnelle est vivante » rappelle Gavin Ashenden, son ancien aumônier (2008-2017).

En 1995, pour avoir assisté aux vêpres à l’occasion du centenaire de la cathédrale catholique de Westminster un haut dignitaire du Vatican la qualifiait de « dernier monarque chrétien » mais s’attirait aussi les foudres d’une partie de la population viscéralement attachée à l’anglicanisme d’Etat, c’était en effet la première fois qu’un monarque du Royaume-Uni participait à une célébration religieuse depuis le schisme anglican de 1534 ! Elle sera aussi la première monarque depuis la Réforme a nommé un catholique Lord-chambellan (Chef de la Cour).

Elle écrivait elle-même ses voeux de Noël,  toujours attendus et suivis par des millions de téléspectateurs bien au-delà du Royaume-Uni et du Commonwealth. Pour ses derniers voeux, elle les débutait en évoquant avec tendresse la mort de son regretté époux, le prince Philip et les terminait dans le message d’Espérance de la Nativité : « L’histoire de Noël raconte que dans la naissance d’un enfant il y a une aube nouvelle avec une richesse humaine. Cette simplicité de l’histoire de Noël en fait un récit dont l’attrait universel en apparence anodine marque le début de la vie de Jésus dont les enseignements ont été transmis de génération en génération et qui forme le socle de ma foi. » 

Nicolas Chotard,

Président des Lys de France.

 

« La Reine est morte, vive le Roi »

À la mort de sa mère, le Prince Charles fit son premier communiqué en tant que roi. Selon l’expression « le mort saisit le vif », le monarque ne meurt jamais, la dévolution s’applique suivant la règle coutumière du principe de l’instantanéité de la succession et de la continuité de la couronne.

Elizabeth II n’aura pas battu les 72 ans de règne de Louis XIV, mort le 1er septembre 1715. Selon Narbonne « aussitôt le roi mort, le duc de Bouillon, grand chambellan, apparaît au balcon de la chambre du roi et crie : « Le roi Louis XIV est mort » puis par trois fois : « Vive le roi Louis XV« .

God save the King

En introduction de l’ouvrage consacré à la présentation de son chef d’oeuvre, Jacques Garcia écrit : « C’est en 1992 que le destin de ce chef d’oeuvre de l’architecture française et le mien se sont liés à jamais. À propos du Champ de Bataille, l’écrivain Jean de La Varende disait qu »Ici règne l’ampleur. Le décor n’intervient qu’après la déclaration de puissance. » Jacques Garcia a non seulement restauré le « Versailles normand » mais aussi un grand écrivain tombé dans l’oubli.

 Jean de La Varende s’éveille à la vie en 1887 au château de Bonneville à Chamblac dans le pays d’Ouche. De petite noblesse, l’hobereau connait la grandeur grâce à son âme d’artiste, il s’adonne à la peinture, au dessin, petit-fils d’amiral et fils d’officier de Marine, il construit des maquettes de bateaux d’une grande poésie et prendra le large à 47 ans, non pas avec la Royale, sa santé chancelante ne l’ayant pas permis, mais dans le monde des lettres. Il connait le succès littéraire et cinématographique en 1952 grâce à l’adaptation de Nez de cuir avec Jean Marais dans le rôle principal.

 Le gentilhomme de la campagne normande dépeint cette société traditionnelle enracinée où nobles, bourgeois, prêtres et paysans vivent en harmonie avec ses valeurs terriennes et spirituelles. Comme son ami Sacha Guitry réalisateur du chef d’oeuvre Si Versailles m’était conté, il puise son inspiration dans l’histoire et devient l’écrivain de la contre-révolution et de la Chouannerie « pour Dieu et le roi » qu’Anne Brassié reprendra en sous-titre de sa biographie précisant : « Sa vie est celle d’un homme de caractère, rebelle aux modes et aux propagandes, créateur d’un monde à la lueur de deux vérités éternelles, la Religion et la Monarchie. »  

 Il meurt en 1959. L’année suivante son nom est donné au nouveau collège de Bourg-Achard près de Rouen. Les ravages du temps le rendit vétuste, il ferma ses portes, un autre établissement fut construit. En 2016, l’état d’esprit avait évolué mais était-il à ce point alterné pour rebaptiser l’école du nom de Simone Veil, une ancienne ministre de la Santé ? La République des Lettres tira sa révérence et La Varende subit alors l’épuration post-mortem. En 1794, Lavoisier, le père de la chimie moderne, monta à l’échafaud après avoir entendu sa sentence : « la République n’a pas besoin de savants« , du Haut des Cieux peut-être que le gentilhomme normand en a déduit qu’elle n’avait plus, non plus, besoin d’écrivains.

 Nicolas Chotard,

Président des Lys de France.

Les éditions Via Romana réimpriment régulièrement les oeuvres de La Varende. Par ailleurs, l’association Présence de La Varende, présidée par Patrick Delon ayant comme président d’honneur le Duc d’Harcourt et pour trésorier le vicomte Jean du Pontavice organise de belles manifestations (conférences, promenades culturelles) afin de promouvoir le souvenir du grand écrivain normand. https://presencedelavarende.home.blog/lassociation/

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
YouTube
Instagram